Insolite – NF1 : Un drôle d’entraînement pour les Drôles de Dames

Match reporté, joueuses et staff touchés, salle fermée : la situation sanitaire actuelle n’a pas épargné les joueuses de Caluire et Cuire en ce début de saison. Afin de poursuivre cette entame de régulière, le club a dû faire preuve d’adaptation, à l’image de leur dernier entraînement. 

Dans l’obligation de fermer leur salle d’entraînement, les Drôles de Dames ont pu compter dans un premier temps sur le soutien et l’entraide des clubs voisins pour continuer de s’entraîner, et ainsi poursuivre leur préparation en ce début de saison. 

Cependant, à la suite des nouvelles mesures prises à l’égard du Covid-19, les joueuses de Caluire et Cuire n’ont plus l’autorisation de pratiquer dans des gymnases voisins. Par conséquent, le groupe a dû se rabattre sur une dernière option : utiliser les terrains extérieurs

Ainsi, la semaine dernière,  les joueuses de Brigitte Coste n’ont pas eu d’autre choix que de continuer leur préparation sur des terrains extérieurs, mobilisés par le club. 

Emma Forel nous a donné son impression sur cet entraînement : 

 » C’est vrai que c’est un contexte particulier. On est une des seules équipes de NF1 à ne pas avoir de gymnase, c’est quand même injuste. Après nous sommes toujours motivées et nous gardons nos objectifs en tête. A la limite, s’entraîner en été dehors c’est sympa mais au mois d’octobre, c’est vrai qu’il fait plutôt froid. Après, c’est mieux que rien mais bon des cercles sans filets, du goudron et des  terrains publics en pleine saison, c’est particulier. On a de la chance d’avoir un groupe soudé donc on est contente de se retrouver et de passer du temps ensemble » 

Ainsi que la coach, Brigitte Coste

 » C’est une honte ! On est la seule équipe de NF1 à ne pas s’entraîner. Dans toute la France, il y n’a qu’une équipe de NF1 qui a salle fermée depuis trois semaines : Merci Monsieur le maire de Caluire.

Donc on a trouvé des moyens : pendant deux semaines on a squatté de droite à gauche dans des clubs, sur la bonne volonté de copains à moi, que je remercie d’ailleurs. On a fait des oppositions contre des garçons, des U17, des seniors. On s’est retrouvé cette semaine avec des restrictions supplémentaires, ce qui a eu comme conséquence que les clubs ne pouvaient plus nous accueillir. Donc on fait une séance ensemble avec le préparateur physique au Parc de la tête d’Or et on a fait une séance, dehors à Caluire, comme en 1930. 

Pour les prochaines semaines, ce sera la même chose. Une séance le lundi au Parc de la tête d’Or , le jeudi avec moi sur les terrains extérieurs avec des bonnets, des mitaines, et des K-way si il pleut avec le risque de glissade, du sol qui est dur etc. Sans parler du manque de soleil qui va arriver avec le changement d’heure. Et enfin, la troisième séance, les filles la font seule, et elles la font sérieusement car elles ont des programmes, certaines parviennent à trouver des lieux pour shooter.« 

Laisser un commentaire