Interview – Chambéry Basket et Cognin la Motte Basket fusionnent

Suite à la fusion annoncée entre les clubs de Chambéry Basket Club Savoie et de Cognin la Motte Savoie Basket, les présidents Zakaria Miloudi (Chambéry Basket) et Jacques Nerfi (Cognin la Motte Basket) ont bien voulu répondre à nos questions.

  • Quel est le but de cette fusion ?

Zakaria MILOUDI : Les réponses obtenues avec M.Miloudi ont été recueillies avant la crise sanitaire du Covid-19. Par conséquent, certaines réponses peuvent être incohérentes avec l’actualité.

Le but pour les adhérents est de leur apporter une plus large visibilité notamment au niveau du basket féminin. Actuellement, on est plus concentré sur le basket masculin parce qu’on n’a pas les capacités pour accueillir et créer d’autres catégories. Par exemple, on est limité au niveau du personnel, mais aussi des créneaux. Grâce à la fusion, on va pouvoir apporter un plus large « panel » pour les adhérents, que ce soit du côté de la Motte Cognin, que du côté de Chambéry. Cela va aussi permettre d’augmenter le nombre du personnel comme les entraîneurs, le staff et aussi obtenir plus de créneaux.

Pour le moment, on attend les élections municipales. On a déjà discuté du projet de fusion aux élus actuels, qui sont favorables.

Jacques Nerfi : Cela fait plusieurs saisons que l’on est en CTC au niveau de Chambéry – Cognin la Motte. On essaye depuis plusieurs saisons de se rapprocher encore plus dans le fonctionnement pour proposer sur le territoire des choses d’aplomb aux licenciés. Chambéry se développe au niveau du nombre de licenciés mais il était coincé au niveau de l’organisation, a propos du nombre de bénévoles, ainsi que sur toute la partie administrative notamment.

Donc la logique a été que l’on discute. Puis à un moment donné, on en a conclu que la solution la plus simple et la plus adaptée pour que l’on puisse créer un projet et un club cohérent sur le bassin chambérien était la fusion.

Cela fait 6-7 ans que le rapprochement a été décidé, mais la fusion est discutée depuis le début d’année 2020. Le projet a été présenté aux municipalités de Cognin la Motte et Chambéry qui ont donné leur feu vert.

A propos des relations avec les dirigeants, ils ont rapidement été très bons. Ainsi, le projet de fusion a été validé et depuis 1 mois et demi, on travaille comme si on formait déjà plus qu’un club.

  • Que signifie une CTC ?

JN : Une CTC est un acronyme désignant une Coopération Territoriale de Club qui permet d’avoir un regroupement de club. En d’autre terme, chacun fonctionne de son côté normalement, toute en ayant la possibilité de faire des équipes communes sans avoir besoin de muter des joueurs.

L’avantage qui existe avec la CTC, par exemple, c’est de faire une équipe de U17 une année, et l’année d’après, si il n’y a pas assez de licencié(e)s ou qu’il n’y a pas d’intérêt pour les deux équipes, de ne pas la poursuivre. Cela marche aussi pour une équipe qui existe depuis plusieurs saisons, et dans n’importe quelle catégorie.

  • Sur la saison passé, combien d’équipes étaient en CTC avec Cognin la Motte ?

JN : Sur la saison passée, on n’avait pas d’équipe en CTC avec Chambéry Basket Club, par contre il en existait une avec un autre club sur Chambéry, la JS Chambéry. On avait fait deux équipes avec elle en croisant avec Chambéry.

Au final, on fusionne avec Chambéry Basket Club et à côté il reste un club, la JS Chambéry, avec qui on est toujours en CTC.

  • D’un point de vue financier, qu’est ce qu’apporte cette fusion ? Et d’un point de vue sportif ?

ZM : Déjà, une plus large visibilité au niveau national. Lorsque que l’on parle de Cognin La Motte, que ce soit au centre de la France ou ailleurs, ils ne connaissent pas. Tandis que Chambéry a une meilleure visibilité. De plus, on s’appellera Chambéry la Motte Cognin Basket et non Cognin La Motte Chambéry, afin de mettre en avant Chambéry.

Au niveau finance, on regroupe tout au sein d’un même club, donc tous le monde y gagne, autant les licenciés que les partenariats ou les sponsors.

Mais le point le plus important est d’obtenir une meilleure visibilité.

  • Par conséquent, quels sont les objectifs visés avec cette fusion ?

ZM : Nous avons un objectif à long terme, celui de viser la nationale 2 avec Cognin la Motte et de développer plus de choix au niveau féminin à propos des catégories. D’autant plus que l’on dispose d’un grand secteur avec Chambéry. Ainsi, les joueuses qui ne trouvent pas ce qu’elles veulent sur Chambéry pourront trouver leurs marques et leur niveau avec les différentes catégories créées.

En s’assemblant avec Cognin la Motte, on pourra avoir un meilleur effectif, un effectif plus riche.

Par exemple, actuellement, Cognin la Motte n’a pas d’équipe féminine et masculine en département. Grâce à nos équipes, et celle de Cognin La Motte, il y aura une belle base pour les saisons prochaines. Le but est d’essayer d’avoir à tous les niveaux une catégorie féminine.

Avec les seniors filles, qui normalement montent en pré-nationale, on vise la nationale, la N3. C’est l’objectif à atteindre. Aussi, on vise un autre secteur, Chambéry et les hauts de Chambéry en leur apportant des besoins, que l’on avait pas avant dans notre club. Par exemple, en leur proposant le club de Cognin la Motte, mais aussi en apportant plus de communication dans le bassin chambérien. Certains ne sont pas au courant de la fusion. L’objectif est aussi de développer le basket féminin dans le bassin chambérien et dans la région.

JN : Nous avons environ 320 licenciés, et Chambéry environ 120. La fusion sera donc une structure regroupant environ 440 licenciés. Avec ces 440 licenciés, on va pouvoir proposer tout un pan d’activité basket que la fédération demande de développer et souhaite développer :

L’un des premier objectif est d’avoir des équipes en championnat de France mais aussi de faire monter les seniors filles en N3. On souhaite aussi avoir des équipes de jeunes au niveau des catégories élite jeunes.

La deuxième activité a pour but de créer pour chaque compétition des équipes en région et en département, que ce soit chez les jeunes ou les seniors.

Autre activité : le basket pour tous. Cette activité a pour but de réaliser des actions dans les quartiers prioritaires de la ville comme Chambéry le Haut ou le Biollay. L’idée que l’on discute avec Zakaria Miloudi depuis des années est de réintroduire le basket qui existait sur Chambéry le Haut et sur le Biollay il y a des décennies en arrière. De plus, il y a plein de jeunes qui ont du potentiel et qui ont besoin d’être intéressés par un sport. Le foot a commencé ce projet l’année dernière. Il a été très bien perçu en raison du fait que la ville de Chambéry est demandeuse d’activités dans ces quartiers. Le but premier de cette activité n’est pas d’aller chercher de futurs champions mais d’installer le basket dans les quartiers, afin d’occuper les jeunes et les intéresser au sport. Après, ceux qui ont du potentiel pourront continuer dans le fonctionnement du club et dans nos centres d’entraînements club.

Parmi nos activités, il y a aussi le développement du basket école tant que sur les écoles primaires, collèges et lycée.

Il y a aussi le basket adapté qui existe déjà dans le club actuel de Chambéry avec une équipe inscrite à la fédération française de basket adapté. Le basket adapté est à différencier du basket fauteuil. Le basket adapté concerne les personnes déficients légers mentaux, ou atteintes d’autisme notamment. L’activité existe depuis trois ans sur Chambéry.

On veut aussi assurer la mise en place de l’activité sport-santé, c’est à dire du basket pour des personnes en rééducation, ou les personnes âgées dans les ehpads, afin de maintenir une activité et une éducation sportive.

Et bien évidemment, l’activité du basket 3X3 que nous avons commencé à développer sur Cognin la Motte. Chambéry a aussi commencé le développement, à l’image du tournoi de 3X3 qu’il organise chaque année depuis cinq ans mais qui a été annulé cette année pour cause du virus.

Dans le livre de la fédération, il y a enfin la volonté de lancer le « basket tonic ». C’est un croisement entre la fitness et le basket, qui peut être une approche du basket un peu diverse.

De plus, on a un projet que l’on a appelé le projet 25. Comme son nom l’indique, il est prévu pour 2025, avec un objectif au bout qui est remise en question avec le coronavirus tant sur un plan sportif que sur un plan financier, car bien évidemment, si les finances ne suivent pas, le sportif non plus.

L’objectif que l’on s’est fixé pour 2025 est d’avoir une équipe en N2 masculine, une équipe en N3 féminine, et des équipes en réserve en championnat régional AURA en seniors garçons et filles. Mais aussi des équipes dans les autres catégories, comme en département pour proposer aux licenciés de pratiquer le basket à tous les niveaux.

  • Dans quels locaux évolueront les équipes à partir de la saison prochaine ?

ZM : Par rapport à la répartition, on va se réunir et de là, on va voir ensemble comment on va répartir les clubs.

JN : On est en train de faire des réunions d’information sur la saison prochaine pour s’organiser, et voir comment les équipes sont réparties sur les différents gymnase du territoire puisque l’on va avoir en tout une douzaine de salle d’entraînement pour les équipes. Il y a donc une discussion en cours sur l’organisation des locaux.

  • Cette fusion implique t-il un changement d’identité ? Si oui, pouvez vous nous donner quelques informations a propos de la future identité du club ?

ZM : On retrouvera les deux logos, ainsi que les mêmes couleurs. De toute façon, sur les couleurs, on est déjà quasiment pareil. Le club de Cognin La Motte est en jaune et rouge, tandis que nous, on est en jaune et noir. Par conséquent, on retrouvera nos couleurs avec les deux logos réunis qui ne forme plus qu’un.

Il y a du travail à faire de toute façon. Vu que c’est une fusion et non une absorption, on est obligé d’avoir une nouvelle identité ce qui implique un nouveau logo et un nouveau nom.

JN : Difficile à dire car on a pas encore décidé le nom définitif de la fusion. On ne peut plus faire de réunion avec l’épidémie donc on s’organise pour pouvoir faire des réunions à distance. Pour le moment, on est en train de réfléchir pour le nom de la fusion, mais ce sera un « mix » avec Chambéry et Cognin la Motte.

Pour le logo, on a fait appel à un graphiste qui va faire un mélange des deux logos, Cognin la Motte d’un côté, Chambéry de l’autre. En ce moment, il est en train de préparer des propositions de logo pour le nouveau club.

  • Qu’est ce qu’apporte cette fusion pour Cognin la Motte spécifiquement ?

JN : La fusion avec Chambéry va nous apporter une identité un peu plus forte au niveau de l’image du club. Grâce au rapprochement de Chambéry et Cognin la Motte, le nouveau club aura une image plus importante notamment pour les partenaires en raison du rayonnement de la ville de Chambéry en France.

Mais le problème actuel est celui du virus qui a donné un coup de frein à la fusion mais aussi au basket national.

La saison prochaine va être très compliquée pour tous les clubs. La mise en place de la fusion va continuer et elle se fera pour la saison prochaine mais par contre, nos ambitions de l’année prochaine risquent d’être moindre.

De plus, en raison de la crise sanitaire provoqué par le Covid-19, les clubs vont avoir d’important problème financier notamment pour former les équipes car les aides obtenus grâce aux partenaires ne seront pas disponible. Au delà du basket, les partenaires vont mettre du temps pour se remettre sur pieds et relancer leur entreprise. Ainsi, les aides sportifs seront repoussés.

La fin prématurée des championnats pour raison sanitaire est embêtante pour le projet car cela a freiné notre dynamique. (Cette dernière information fut recueillie à la suite de la décision de la FFBB.)

Venons en au basket féminin plus spécifiquement :

  • Quand est il du basket féminin dans le bassin chambérien après cette fusion ? Quel impact aura cette fusion sur le basket féminin dans le bassin chambérien mais aussi dans la région ?

JN : On a une filière fille, qui est en développement depuis que notre salarié qui est en charge de la filière fille, Jennifer REBOULET, a rejoint le club il y a 10 ans. Au départ, c’était un club fille mixte banal, puis elle a remonté toute la filière pour que, dix ans après, on ait toute nos équipes filles en championnat AURA.

L’équipe U11 filles, l’année dernière, était invaincue en championnat interdépartemental. Les seniors filles vont monter en pré-national, pour par la suite, peut être monter en N3.

Pour le moment, on fonctionne sur le centre d’entraînement du club avec des entraînements pour les filles le lundi, le mercredi et le vendredi. Par la suite, on voudrait parvenir à fonctionner comme un centre de formation afin que les joueuses puissent s’entraîner tous les jours.

On est en relation avec la partie médicale pour finaliser le projet mais aussi avec une salle de fitness. On veut pérenniser la filière fille jusqu’au centre de formation, et on demandera un agrément pour avoir l’appellation « centre de formation ».

Actuellement, on finalise les contacts avec les collèges, les lycées, et la ville de Chambéry. On essaye de savoir comment on peut organiser le planning des entraînements ainsi que l’organisation des installations. Je pense que le centre de formation sera finalisé et labellisé dans deux ans, mais avec le virus, on peut sûrement rajouter une année de plus. Le centre de formation sera ouvert à des recrutements externes comme un centre de formation classique.

Crédit logo : Chambéry Basket Club Savoie – Facebook 

Laisser un commentaire

Lorem ut odio elit. ut dapibus venenatis