LA MARCHE TURQUE DE LUCIE BOUTHORS: L’EXPERIENCE D’UNE LYONNAISE EN TURQUIE…

LE PARCOURS DE LUCIE

LA MARCHE TURQUE DE LUCIE BOUTHORS: L
(Lucie, Melek BOUTHORS, née le 13/05/1988 à St Etienne. Poste 1 et 2. 1m74.)
Club :
1. SE Villars Basket 5 ans (Baby, mini-poussine et poussine)
2. Case de St Etienne 1 ans (benjamine 1ere année)
3. SJB Baraillière Basket 3 ans (Minime France surclassée) + pôle espoir Bourg-en-Bresse 2ans
4. Centre Fédéral à Toulouse 1 ans (NF2)
5. Centre Fédéral INSEP 2ans NF1B
6. USVO Valenciennes 1ans (1ere Div. + Euroligue)
7. COB Calais 1ans (LFB)
8. SJS Reims 1ans (LFB)
9. BJK Besiktas 2 ans (1ere Div. + Eurocup)
10. TED Ankara 1 ans ( 1ere Div.+ Eurocup)
Palmarès:
• Championne de France UNSS avec le pôle espoir 87-88 (2002)
• Championne de France Inter-Ligues Lyonnais 87 (2002)
• Médaille de Bronze championnat d’Europe Junior 87 (2005)
• Championne des Jeux de la Francophonie (2005)
• Championne de France LFB avec USV Valenciennes (2007)
• Finaliste du tournoi de la Fédération avec USVO (2007)
• Vainqueur de la coupe de France avec USVO (2007)
• Médaille d’argent Championnat d’Europe Espoir 88 (2008)

UN CHOIX DE VIE…ET UN CHALLENGE !

LA MARCHE TURQUE DE LUCIE BOUTHORS: L

Tu es un cas un peu un cas particulier du Basket Féminin français pour t’être exilée en Turquie. (A ma connaissance, seule Emilie Gomis avant toi l’avait fait). Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

Oui Emilie GOMIS était partie jouer à Fenerbahce quelques mois. J’ai pris cette décision car la proposition faite par Besiktas m’intéressait beaucoup dans tous les domaines, mais aussi parce que c’était pour moi un nouveau challenge pas facile à relever de jouer hors de France.

Tu sembles t’y plaire puisque tu vas attaquer te 3ème saison en Turquie ?

Je m’y plais beaucoup, c’est vrai. Je n’ai pas eu beaucoup de chance au milieu de la première saison et début de la 2e à Besiktas (à cause d’opérations d’un Kyste, de l’appendicite et d’hémorragie interne… !) Mais je me sens vraiment bien maintenant. Cette année est en quelque sorte un nouveau départ pour moi qui j’espère se passera du mieux possible.

 

BASKET FEMININ FRANCAIS ET BASKET FEMININ TURC…

LA MARCHE TURQUE DE LUCIE BOUTHORS: L

Quelles sont les différences fondamentales dans la philosophie Basket entre la France et la Turquie ? (Style de jeu, formation, marketing, place du basket féminin dans la société…)

Le basket féminin en Turquie est déjà beaucoup plus médiatisé que le basket féminin en France, les matchs passent à la TV, les résultats sont dans tous les journaux… Le basket Ball en lui-même, ici est basé sur un jeu moins discipliné et plus agressif que celui de France.

Qu’est-ce qui t’a demandé le plus d’effort d’adaptation au début ?

Je pense que c’était le manque de discipline dans le jeu, car chacune joue comme ça vient… C’était de m’adapter au principe de jeu et ne plus penser au système (même si pourtant je n’étais pas la plus disciplinée dans le jeu en France). Après sur le plan de l’installation, du quotidien… je n’ai eu aucun problème. Les clubs investissent énormément dans les structures, dans le staff, dans le confort…

Le Basket Féminin français est-il connu en Turquie ? Et quelle image en ont les Turcs ?

Oui les filles suivent beaucoup les autres championnats comme la LFB ou la ligue russe, la WNBA… Elle connaissent toutes Bourges même les plus jeunes (12ans…) et parfois les joueuses me demandent comment se déroulent les matchs, le championnat… Les joueuses me disent qu’elles aimeraient bien tenter une expérience en France. Par contre, elles estiment qu’en ligue Française il n’y a pas beaucoup de budget dans les clubs (ce qui est vrai par rapport aux investissements des sponsors en Turquie).

Les salles turques sont réputées pour être chaudes et animées. Est-ce aussi le cas pour le Basket féminin turc ?

Oui un peu, pour les derbies la police interdit les 3 premières rangées les plus proches du terrain. Du gymnase à l’hôtel et vice-versa, la police escorte le bus. Toutes les salles de basket comme de foot, volley… sont contrôlées à l’entrée comme si on rentrait dans un aéroport… Mais les supporters ne sont pas dangereux vis-à-vis des sportifs bien au contraire. J’aime vraiment cette ambiance, de se sentir soutenue pendant les matchs. Les supporters par contre n’ont pas de tambours… Ils sont torse nu et debout tout le match et crient sans arrêt (même pendant les arrêts de jeux). Après il y a 1 ou 2 équipes qui ont moins de supporters…

Aurais-tu quelques anecdotes à nous rapporter ?

Oui, une avec Besiktas… On revenait d’un entrainement en bus pour aller à l’hôtel, et dans une petite rue, le bus ne pouvait pas tourner par la faute d’une voiture mal garée. Les passants aux alentours du bus l’on remarquée et ils se sont tous réunis et on soulevé l’arrière de la voiture pour la décaler légèrement… et tout ça sous le regard de la police !! Et après ces même passants nous ont chanté les chansons du club tout en nous regardant partir !

LA SUITE POUR LE MOMENT EST EN TURQUIE…

LA MARCHE TURQUE DE LUCIE BOUTHORS: L

Tu quittes le Besiktas après 2 saisons pour rejoindre Ankara. Qu’est-ce qui t’a motivée d’abord de rester en Turquie puis de rejoindre ce club ?

Besiktas voulais me garder une saison de plus, mais le fait que j’ai vécu plusieurs malchances comme je l’ai expliquée au-dessus, je voulais avoir un peu de changement. J’ai donc décidé de partir, ensuite je me suis posée la question où jouer… La ligue Française me manque un peu mais je me sens vraiment bien ici, et je me suis habituée au style de jeu d’ici… J’ai donc décidé de voir un peu les propositions et de vraiment confirmer mon choix par la suite.

Tu te vois encore rester longtemps en Turquie ?

Je ne sais vraiment pas. Au jour d’aujourd’hui je m’y plais vraiment. Après ce que demain me réserve je ne le sais pas, et comme je l’ai dit la ligue Française me manque un peu aussi.

Que regretterais-tu le plus si tu devais quitter la Turquie ?

L’ambiance des matchs, le jeu car on ne se pose pas de questions sur le terrain et aussi le style de vie (tout est ouvert jours et nuit et tous les jours, j’ai besoin de faire des courses je ne me pose pas de questions, j’y vais !).

Il y a des coaches ou des joueuses en Turquie avec qui tu as eu des relations fortes ?

Oui bien sûr comme partout je pense, il y a toujours une personne qui marque…

Qu’est-ce qui t’as manqué le plus de la France en Turquie ?

Je suis une gourmande, ça tout le monde le sait alors je dirais le pain, les croissants, le fromage (lol).

ET LE BASKET FRANCAIS ?…ET LE LYONNAIS ?

LA MARCHE TURQUE DE LUCIE BOUTHORS: L

Un retour en France peut-il s’envisager ? A quelle échéance ? Avec quel projet ?

Oui bien sûr, je ne sais pas ce que le futur me réserve même si j’ai toujours des objectifs sportifs dans un coin de ma tête.

A ton avis, le Basket Féminin français devrait-il s’inspirer du Basket Turc sur certains points et lesquels ?

Je pense que oui tout autant que le basket turc doit s’inspirer du basket Français. Les entraîneurs Turcs bossent beaucoup sur le mental et les prises de responsabilités sur les jeunes par exemple, mais travaillent moins sur la technique. En France on prend le soin de faire travailler les joueurs individuellement alors qu’ici c’est surtout en équipe… Je ne pense pas qu’il y ait une bonne ou une mauvaise méthode mais de prendre des idées est toujours un plus de mon points de vue.

As-tu gardé des contacts dans le Lyonnais ?

Oui, je n’oublie pas les amis du pôle ou des sélections car j’ai vraiment vécu des moments très forts, et pour ça je dis merci Facebook (lol) car ça facilite vraiment!

Quels bons souvenirs gardes-tu du Lyonnais ?

Je garde vraiment un très bon souvenir du pôle espoir, aussi cette ambiance qu’on avait en sélections. Le lyonnais c’est aussi mon premier titre de championne de France. Si je pouvais le refaire je le referais tous les jours sans hésiter (mais sans rien changer).

Tu te tiens informée du basket français ?

Bien sûr je continue à suivre le championnat à travers les sites internet ou à travers les filles. Et puis cette saison je vais jouer en France… Et oui, un retour… pour 1 match ! En Eurocup contre Nantes.

Il y a des clubs ou des joueuses que tu suis tout particulièrement en France ?

La joueuse en particulier… c’est ma meilleure amie Mélanie ARNAUD qui joue au COB Calais, sinon non je suis tous les clubs.

Tu serais tentée par une autre expérience à l’étranger ?

J’aime bien me fixer de nouveaux challenges donc pourquoi pas…

LE DERNIER MOT…

LA MARCHE TURQUE DE LUCIE BOUTHORS: L

Un message à faire passer….. ?

D’abord je souhaiterais vous remercier pour cet entretien, et j’espère que j’ai pu faire découvrir un petit peu le basket Turc et un bout de ma vie. Je souhaiterais également remercier toutes les personnes avec qui j’ai travaillé notamment dans le lyonnais car sans eux je ne serais peut-être pas ici aujourd’hui. Je souhaite plein de réussite aux jeunes qui bossent en ce moment, les envies plein la tête.

Merci Lucie pour ces instants partagés avec nous. S’il y a bien une fille qui doit être un exemple pour nos jeunes basketteuses, c’est bien Lucie qui démontre la volonté d’atteindre un objectif et surtout une faculté d’adaptation hors normes loin de ses bases et à cet âge ! Mais en s’expatriant, on risque parfois de se faire oublier, BasketFly se devait d’y remédier.
Sans aucun doute, Lucie, lorsqu’elle reviendra dans notre ligue, aura énormément de choses à raconter. C’est le moins qu’on puissse dire. En attendant, B@sketFly suivra les performances à distance de Lucie Bouthors et très prochainement en Eurocoupe à Nantes.

Alors: hosça kalin, Lucie ! İyi şanslar !.

LA MARCHE TURQUE DE LUCIE BOUTHORS: L

Laisser un commentaire