NF3 – Entretien avec Thibaud Tissier : Un seul objectif, la montée en NF2

Après la présentation des effectifs lyonnais en LF2 puis en NF1, c’est à présent en NF3 que s’opère la finalisation des rosters, et plus précisément à Saint Chamond Basket. Retour sur la constitution de cet effectif avec le coach de l’équipe, Thibaud Tissier. 

Présentation de l’effectif 


TT: Au club, il me semble, depuis ses années lycée, c’est une fille qui a vécu dans le club, et qui a vécu avec la génération 99 des choses importantes. Elle fait ainsi partie de l’identité du club. C’est une joueuse qui est très rapide, et qui a un physique très intéressant notamment en ce qui concerne sa vitesse, lui permettant de faire de rapide relance, un style de jeu qui lui plaît. Son rôle la saison prochaine sera en partie basé sur sa capacité à se projeter vers l’avant. De plus, elle détient des automatismes bien à elle, qui fonctionne très bien donc c’est ce qu’on lui demande.

Mélissa a aussi un tir qui est assez fiable, pour autant elle ne score pas plus que ça. Elle est adroite mais c’est une fille qui va préférer relancer, jouer pour les autres et mettre du rythme. Elle défend aussi très fort, à la fois sur demi-terrain et tout terrain. Enfin, elle n’est pas souvent blessée, un aspect physique très intéressant. Elle sera remplaçante de Lea Pellerin.


TT : On vient de la recruter du Poinçonnet. C’est une fille qui s’entraînait déjà avec Saint Chamond il y a 10 ans en arrière. Elle était U15 en pôle et quand elle revenait le vendredi, elle s’entraînait avec le club. Par conséquent, elle avait déjà des contacts avec quelques personnes d’ici.

Par la suite, elle a fait toutes ses classes dans les centres de formation, passant par Mondeville, Charnay-les-Macon en NF1 avec qui elle a réalisé la montée en Ligue 2, et dernièrement au Poinçonnet en NF1. Ainsi, Léa a passé 8 à 10 ans de sa carrière en tant que joueuse professionnelle.

Il y avait donc un souhait de recruter une joueuse avec de l’expérience, ce qui nous a manqué l’année dernière lors de quelques petites défaites. Léa peut scorer facilement, grâce à un très bon shoot notamment. Elle va driver l’équipe, gérer le rythme grâce à son expérience et son QI Basket, ce qui va être très important pour nous. On l’attend là-dessus. C’est une très forte meneuse de la division qui va apporter beaucoup à l’équipe. De plus, elle est très très forte physiquement.

BF : Connaît-elle certaines joueuses au sein du groupe actuel ?

TT: Elle va quand même découvrir le groupe cette saison. Elle connaît un petit peu Carla, parce qu’elles étaient dans la même division en Ligue 2. Elles ont ainsi dû se croiser mais sinon elle ne connaît pas le groupe.


TT: Pouvant jouer à la fois meneuse et arrière, avec Léa, elles pourront intervertir de temps en temps leur rôle. Un duo de combo qui est hyper intéressant. Audrey est une très forte shooteuse, qui depuis 2-3 ans, fait partie des tops scoreuses de N3. L’année dernière ce fut moins le cas, parce que l’on avait un effectif où tout le monde pouvait scorer. Ce ne fut pas un problème pour elle car elle détient la capacité de se fondre dans le collectif.

En résumé, Audrey est plutôt une joueuse offensive avec comme principal arme son shoot. Elle amène aussi une expérience obtenue en N1 lorsqu’elle évoluait avec Roanne. Enfin, elle a eu de très bons formateurs.

BF: Est-ce une volonté de votre part de ne pas avoir pris d’arrière de métier afin de privilégier les combo ?

TT : Ce n’est pas vraiment une volonté de ma part, mais plutôt des opportunités parce que aujourd’hui, en N3, on n’a pas d’argent. Puis ce n’est pas possible maintenant d’être professionnel en N3, donc c’est plutôt une opportunité. Comme ce fut le cas avec Léa qui voulait revenir proche de chez elle, notamment pour travailler en tant qu’agent immobilier. C’est la même chose avec Audrey qui vient de finir ses études sur St Étienne, et qui va devenir professeur d’EPS Il y a eu beaucoup d’opportunité, et après selon ces opportunités, on essaie de combiner un peu l’effectif pour que ça prenne.

Sur le poste 3, on a trois joueuses, qui vont pouvoir être sur des combos 3-4, mais aussi sur les postes 2-3, parce que ce n’est pas trop gênant d’avoir des grandes en N3 sur les ailes. Par exemple, Manon et Fiona peuvent jouer arrière.


TT: L’histoire de Fiona est similaire à celle de Mélissa. Cela fait des années qu’elle est au club, donc elle connaît bien la maison. C’est une joueuse qui a une dimension physique importante. L’année dernière elle jouait même poste 4. Elle détient d’importantes qualités défensives ainsi qu’une vitesse très intéressante dans les courses, en partie lors des 1 contre 1.

BF: Quels sont pour vous ses avantages physiques ?

TT: Fiona dispose d’une puissance physique importante, combiné avec sa taille. Au poste 3 et 4, on n’est pas obligé d’être très grand. Autant en N2, il faut plus identifier les postes, autant en N3, elle a stoppé des gabarits facilement l’année dernière. Je pense notamment lors d’un match où elle a stoppé une joueuse plus grande qu’elle donc oui très athlétique.

BF: L’attendez-vous donc plus en scoring, en défense ou sur les deux aspects ?

TT: Plutôt un combo des deux mais beaucoup plus en défense quand même, parce qu’elle peut vraiment éteindre n’importe qui.


TT: Manon est vraiment une joueuse d’équipe par excellence. C’est quelqu’un qui va se fondre dans le collectif, qui va aussi amener un peu d’entrain donc ça c’est intéressant. Elle a aussi un gros QI Basket, lui permettant de faire des bonnes passes, de faire la bonne lecture. Elle est essentielle dans un groupe.


TT: Elle était déjà une leader la saison dernière. Arrivée de Montbrison, elle a eu un peu besoin d’adaptation entre le niveau de la Ligue 2 à la N3, ce n’est pas si évident. En plus, elle a changé son rythme de travail, passant de professionnelle à la nationale, ce n’est pas non plus simple à gérer. Mais une fois qu’elle a trouvé son rythme de croisière, défensivement elle a vraiment performé. Je pense que c’était le point le plus compliqué car elle avait tendance à faire beaucoup de fautes, mais au final elle s’est retrouvée dans ce rôle. Elle est très forte en défense, physiquement hyper importante, et elle peut aussi défendre sur des postes 4 et 5 sans problème. Elle aime être agressive balle en main, et elle est rapide sur son premier pas. Elle est tout aussi elle capable de donner la balle aux autres, et ne pas prendre le jeu à son compte, ce qui est très bien.

BF : Au vu de la description des premières joueuses, la plupart ont des qualités défensives. Cependant, il y a t-il une joueuse qui sera l’option numéro 1 en attaque ? De plus, le style de l’équipe sera tourné vers du jeu placé avec comme chef d’orchestre Léa Pellerin, ou vous comptez opter pour une stratégie plutôt défensive afin de jouer les contre-attaques ?

TT: Il est clair que l’idée c’est d’avoir un up tempo, de jouer vite. Après, dire qui va avoir la balle en main, c’est compliqué. L’année dernière, on est la meilleure attaque de loin, et on a trois ou quatre filles qui sont entre 8 et 12 points.

BF : C’est donc un jeu collectif qui sera mise en place, et non un jeu basé sur le talent individuel ?

TT : Bien sur, et ça permet de déstabiliser la défense de l’adversaire, afin de ne jamais avoir la même scoreuse.

Après pour répondre un peu plus sur l’aspect du jeu que l’on veut produire, je pense qu’il faut vraiment que l’on défende fort. Quand on voit les équipes qui montent, ce sont toujours des équipes qui sont très très proches des 50 points encaissés, c’est là que l’on va essayer de performer.


TT : Recrue de Vauche, Ingrid est une joueuse intéressante, avec qui on était en contact pour la recruter. C’est une joueuse qui est très physique, qui n’est pas souvent blessée, en partie grâce à son métier de professeur de fitness. Elle a l’expérience aussi de la N3, ce qui m’intéressait. A 29 ans, elle a joué la majeure partie de sa carrière en N3, sans jamais redescendre, sans jamais avoir joué en R1, tout en ayant déjà connu les playoffs. Des éléments qui sont hypers intéressants. Par conséquent, elle connaît le championnat, ainsi que le club et de manière légère les joueuses car on s’est affronté à deux reprises cette année. Ingrid peut à la fois jouer dans le drive, mais aussi face au cercle, notamment grâce à son shoot. Un shoot qu’elle a peine exploiter l’année dernière, en raison de ses soucis à l’épaule, qui sont à présent réglés. L’idée, pour la saison prochaine, c’est d’exploiter ses qualités de shoots afin d’apporter une autre facette de son jeu. Et défensivement, elle va aussi nous faire passer un cap sur ce poste 4, donc c’est hyper intéressant.


TT : Maëlys a la capacité de jouer à la fois au poste 4 et 5. Cependant, elle va beaucoup plus jouer ailière-forte car physiquement elle est très limitée sur les 5. Par contre, c’est vraiment une poste 4 moderne : elle peut s’écarter loin du cercle grâce à un bon shoot, notamment à trois points. Elle a aussi de très bonnes mains, lui permettant de finir près du cercle. Après elle doit bosser sur certains points que l’on a identifiés. A nous, à présent, de lui faire travailler ces points. De mon côté, cela fait déjà deux ans qu’elle travaille avec moi.

BF : Quels sont ces points à travailler ?

TT : Notamment sur les prises de contact intérieur par exemple, ou encore le fait de venir dans les rolls. Néanmoins, elle est en train de vraiment progresser là-dessus, et elle peut être à mon avis une belle surprise du championnat. Elle était dans l’équipe 2, et puis on va l’intégrer à l’équipe 1 à plein temps, tout en poursuivant sur certaines rencontres avec la 2.


TT : Cela fait trois ans qu’elle est dans l’équipe. C’est la plus jeune joueuse du groupe, mais c’est une joueuse très importante de l’effectif. Au poste l’année dernière, elle était titulaire dans l’équipe, réalisant tous les matchs, sans jamais avoir été blessée. Elle a de superbes mains, et est capable de shooter de n’importe où. De plus, défensivement elle a passé un cap notamment ce qui concerne la prise de contact avec les joueuses, le fait de gagner les duels, ou encore le fait de tenir les joueuses qui étaient les plus costaudes en face. C’est une fille qui a vraiment bien progressé ces deux dernières années.

BF : Va t-il avoir une leader sur le terrain pour permettre de gérer notamment les money time, ou encore le tempo, ou ça va être une nouvelle fois un effort collectif avec une collaboration entre le coach et les joueuses dans les moments décisifs du match ?

TT : Au vu de la configuration de l’équipe, honnêtement, il y a plusieurs leaders. Après je dirais qu’une fille comme Léa, qui a l’habitude de ça ou encore une fille comme Audrey qui a aussi cette habitude, et qui s’est mise en valeur sur certains matchs l’année dernière, peuvent prendre en main les dernières minutes du match. Élise m’a aussi déjà prouvé qu’elle en était capable. Je me souviens notamment d’un match, il y a deux ans, où elle était hyper sereine, rentrant de nombreux tirs. Mais ça va aussi être un effort collectif. Après on sait qui pourra avoir la balle en fin de possession, qui sera sur le terrain dans les moments chauds. On sait aussi que n’importe qui peut prendre feu, et que si l’une d’elles fait un bon match, elle peut le finir. Ça reste assez aléatoire, et ça dépend du moment. Le groupe a aussi des joueuses comme Carla qui ont de l’expérience, sur qui on peut compter dans ces situations.

BF : Quel était l’objectif de ce recrutement ? Apporter plus d’expérience, de jeunesse, ou alors renforcer certains secteurs de jeu ? Si oui, lesquels et comment ont-ils été renforcés ?

TT : Déjà, on pose forcément la question à toutes les joueuses de savoir si elles repartent ou pas la saison prochaine, afin de savoir ce qui l’en est avec celles présentes l’année dernière. Après je pensais que l’on pouvait être meilleur à la mène, donc ma priorité c’était de chercher une meneuse expérimentée, capable de finir les matchs, d’être assez sereine dans n’importe quelle situation et puis d’être régulière, de placer les joueuses, d’organiser vraiment son équipe, afin d’être une capitaine de jeu.

Je me suis aussi un peu adapté au profil que j’ai. Léa sait que si elle veut mettre un point, et qu’elle a la possibilité parce que c’est son jour, elle le fera, on ne va pas la freiner. Après s’il y a une autre fille qui est plus en forme, ce sera l’inverse.

BF : Donc le recrutement est surtout basé sur la continuité au final ?

TT : Bien sur, il y a de la continuité. Après je sais que je perdais Dégane au poste 4 en raison de ses problèmes au genou. J’avais l’opportunité d’avoir Ingrid qui se rapprochait le plus, pour moi, du profil de Dégane qui allait bien dans le collectif. Pour le coup, Ingrid était ciblée depuis un petit moment.

BF : Comment préparez vous vos joueuses pour la saison prochaine suite à la crise sanitaire provoqué par le Covid-19 ?

TT : Ce ne sera simple pour personne déjà. Le championnat, a priori, va sortir le 10 août, et c’est la première fois que j’entends ça donc à mon avis ça va un peu être retardé, je ne sais pas trop, franchement on n’a pour le moment pas trop d’info. Concernant les joueuses, forcément ça va être compliqué, par exemple on n’a pas le droit de revenir à la salle, les joueuses ne ce sont pas entraînées depuis mars. On reprendra sûrement les entraînements mi-août, et on fera du mieux possible pour être prêt.

BF : Même s’il me semble déjà connaître la réponse, quel est l’objectif de l’équipe pour la saison prochaine ?

TT : Montée en N2. Clairement je ne peux pas le cacher.


Crédit photo : Couverture – Thibaud Tissier (Facebook) / Image joueuses – Saint Chamond (Facebook)

 

Laisser un commentaire