Monique Mopin, présidente du CD 38 :  «  Il faut être constructif ! »

A 72 ans, bon pied bon œil, Monique Mopin affiche 60 ans de basket derrière elle. Personne discrète et efficace, elle se confie et regarde résolument devant elle, la tête pleine de projets pour le CD38.

Monique Mopin recevant son coq d’argent 

Si on se penchait un peu sur la machine à remonter le temps ?

« Je suis née le 17 mars 1948 à la Côte-Saint-André et si je fais exception de deux années à Paris pour mon travail à la banque postale, je n’ai pas quitté l’Isère depuis. J’ai débuté le basket à 12 ans à l’Amicale Laïque de la Côte-Saint-André avec ma sœur jumelle après le décès de notre maman. Ensuite avec Christian mon mari , entraîneur à Echirolles, j’ai repris le basket après la naissance de Sandrine en 1969. Et depuis 1974, après avoir été joueuse puis entraîneur, je suis désormais vice-présidente du club. »

Et du côté du CD 38, quel a été ton parcours ?

« J’ai commencé par aider lors des stages d’été de la commission technique sans être élue. Puis en 1989, il a fallu se retrousser les manches pour sauver le comité à la suite de malversations. J’ai donc été élue et tour à tour je fus responsable des règlements, à la commission de discipline, à la mise en place des licences et enfin secrétaire général avant de devenir présidente en 2004. Je viens de débuter mon 5ème mandat lequel sera le dernier même si je pourrai toujours donner un coup de main si besoin. »

Qu’est ce qui t’a motivé tout au long de ces années ?

«  Le désir de faire avancer les choses et puis on a vécu cela en famille avec nos enfants Sandrine puis Michel. Enfin quand Christian mon mari est décédé il y a 11 ans cela m’a permis d’avancer, de continuer à voir du monde et de poursuivre nos actions pour les jeunes . Ce fut une motivation supplémentaire ! »

Quels sont tes projets pour le CD38 ?

«Il y a tant de choses à faire ne serait ce qu’en suivant le plan de la FFBB. Avec deux saisons compliquées, on n’a pas pu mettre en place le 3×3 chez les jeunes. Et puis, on doit s’occuper du vivre ensemble, du basket santé, du basket tonique. On ne risque pas de s’ennuyer ! »

La gestion actuelle n’est-elle pas trop compliquée ?

« C’est la période des visio conférences avec la FFBB, la Ligue et les autres CD. Tous les salariés sont en chômage partiel. Les deux CTF sont au bureau avec moi deux jours par semaine et organisent par exemple des visios avec les sélectionnés. L’une d’entre elles s’est déroulé avec Florent Piétrus. Pour les joueuses, ce sera avec Lisa Berkani. » 

Comment pourrais-tu te définir ?

«  Je suis quelqu’un qui sait écouter, qui demeure toujours calme donc plutôt apaisante. C’est mon caractère mais je sais aussi où je veux aller . Le conflit n’apporte rien. Il faut être constructif ! »

Que penses-tu de la place des femmes dans le sport en général ?

« On n’est pas très nombreuses et pas très reconnues, que ce soit dans le coaching ou dans le monde des dirigeants. Et c’est bien dommage. Ensuite, on n’est pas toutes les mêmes, on n’aborde pas les choses de la même manière avec le même regard, certaines sont plus « rentre dedans » ! Chacune a sa personnalité. »

Qu’est-ce qui peut faciliter la participation des femmes ?

« Il faut avoir une belle détermination mais le plus facile c’est que toute la famille soit impliquée, cela rend toutes choses possibles ! »

Tu as reçu le coq d’argent de la FFBB lors de l’assemblée générale de la FFBB en octobre dernier . Une surprise ?

Monique Mopin : « Ah oui ce fut une belle surprise car j’ai toujours pensé que ce type de distinction était réservée aux joueurs, joueuses, entraîneurs et dirigeants de la FFBB. C’est la reconnaissance du temps passé au service du basket de manière bénévole. Jamais je n’aurai pensé pouvoir obtenir un telle distinction. Mais c’est bien car nous sommes à la base de tout développement et on a un rôle important à jouer notamment dans la détection et la formation des jeunes. Ainsi quand un jeune de sélection départementale intègre l’INSEP c’est un grand honneur. C’est donc avec bonheur que j’ai reçu ce coq d’argent ! »

Un dernier message pour l’ensemble des dirigeants ?

« Seule la communication entre nous peut et doit nous faire avancer. On est tous là pour la même chose…le basket ! Alors soyons constructif tous ensemble !»

1 commentaire

    • NEGRELLO
      30-11-2020
      14 h 24 min

      Bravo à toi Monique. Pour moi, ce coq, tu le mérites plus que d’autres.
      Louis

      Reply

Répondre à NEGRELLO > Annuler la réponse