Quelle place pour les femmes dans les instances dirigeantes : focus sur le basket

« Femmes et dirigeantes sportives, les présidences des fédérations françaises encore très peu féminisées », tel est le titre donné à l’article publié par France.tvsport le 5 mars dernier. En effet, le constat est plutôt parlant. Seulement 13 femmes sont à la tête de fédérations sportives agréées par le ministère des Sports en France sur les 115 existantes. Parmi elles, seules deux sont présidentes de fédérations olympiques sur les 36 répertoriées (Fédération des sports de glace et la fédération de hockey sur gazon).

Aujourd’hui, cette question est devenue une problématique centrale pour les fédérations sportives françaises et le monde du sport en général. Pourtant, cette question fait encore débat et divise, notamment sur la mise en place de quotas : sont-ils la réponse adéquate pour que les femmes accèdent davantage aux postes les plus prestigieux du monde fédéral ? 

  • Que dit la loi : le cadre légal ?

Comme le précise l’article de France.tvsport : « Les instances exécutives des fédérations françaises ont l’obligation d’avoir un certain nombre de femmes dans leur composition, en vertu de la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes ». Ce texte de loi initié par l’ancienne ministre Najat-Vallaud Belkacem stipule que « dans les fédérations et ces organes décentralisés où les femmes représentent un quart des licences ou davantage, au moins 40% des sièges dans les instances dirigeantes – comité directeur ou conseil d’administration – doivent leur revenir. 

A noter que la majorité présidentielle souhaite faire une proposition de loi prévoyant la « parité intégrale » dans les instances nationales et déconcentrées : 50 % pour les femmes comme pour les hommes, à condition toutefois que les unes ou les autres représentent au moins un quart des licences. 

  • La FFBB et la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de bons élèves ? Répartition sexuée des postes dans les instances dirigeantes

  • Des femmes occupants des postes à responsabilité ? Des exemples concrets qui attestent d’une évolution positive dans le monde du basketball

Pour la plupart d’entre nous, l’éloignement forcé des terrains depuis plusieurs mois sonne comme une frustration de ne pas pouvoir pratiquer ce sport que nous aimons tant. Pour autant, tout n’est pas à oublier dans cette période de pandémie, des événements inédits se sont déroulés attestant du fait que les femmes occupent davantage des postes à responsabilité par rapport à avant. 

En 2013, Marie-Georges Buffet (ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports – 1997/2002) s’adressait aux femmes en leur conseillant « d’oser prendre des responsabilités dans le sport ». Le message semble avoir été entendu puisqu’elles s’engagent de plus en plus au sein des instances fédérales et au-delà. De plus, les pouvoirs publics et les fédérations sportives ont commencé à prendre la mesure de l’importance de mettre des actions en place pour faire évoluer positivement les choses (Programme « Dirigeantes » du CNOSF, campagne des « 4D pour des femmes dirigeantes » de la FFBB, Trophées des femmes sur tous les terrains). La fulgurance n’est pas de mise mais le renouvellement de ces structures est d’ores et déjà amorcé depuis quelques temps.  

Laisser un commentaire